Au collège Laennec de Pont-L’Abbé, l’examen du brevet des collèges se prépare avec l’aide d’Émilie Coiteux, comédienne. Elle stimule la parole et l’expression des sentiments auprès des élèves.

Depuis 2017, l’obtention du Diplôme national du brevet (DNB) implique une épreuve orale appelée « soutenance de projet ». Elle se déroule en deux temps : un exposé de quelques minutes et un entretien avec le jury. Lors de l’entretien, le jury évalue des compétences spécifiques liées aux programmes mais surtout la façon dont est exposée la démarche, les capacités d’analyse et de raisonnement du jeune, son niveau linguistique et son aptitude à exprimer les émotions et sentiments.

Retour Sommaire

La parole permet de diminuer la vulnérabilité

« Sur le fond, la préparation se fait tout au long de l’année avec les enseignants, explique Pierre Lemoine, principal du collège Laennec à Pont-L’Abbé. Sur la forme, il nous paraît essentiel d’aider nos jeunes à prendre confiance, leur expliquer comment se tenir face à un jury, comment reprendre son souffle, et exprimer avec assurance son projet et ses convictions. »

Alors l’équipe éducative du collège Laennec a eu l’idée de faire appel à une comédienne professionnelle pour intervenir auprès de toutes les classes de 3e, à raison de deux heures par classe. Émilie Coiteux est intermittente du spectacle, comédienne et professeure de théâtre. Elle est également metteure en scène et anime des stages d’improvisation. « Chacun sait que l’adolescence est un passage souvent difficile pour le jeune. Renoncer à l’état d’enfant qu’on n’est plus, tout en n’ayant pas encore le statut d’adulte peut engendrer vulnérabilité, agressivité ou repli sur soi. Ce que parents, éducateurs et enseignants savent bien. »

Retour Sommaire

Une action bienvenue pour les artistes dont le statut est fragilisé par la crise

Ainsi, dans les exercices qu’elle propose, « nous n’abordons pas le contenu mais bien plus la gestuelle, la prise de parole, l’image que l’on dégage  ». Le travail se fait aussi à l’aide de la vidéo. Les collégiens se sentent vite à l’aise grâce aux conseils de la professionnelle. Émilie Coiteux précise « C’est vraiment une belle initiative des équipes du collège. C’est aussi une action bienvenue actuellement pour les artistes dont le statut n’a jamais été aussi fragile.  » Aux côtés des élèves, leur professeure, Béatrice Gloaguen les soutient et les encourage.

Ouest France 22/02/21

Retour Sommaire